was successfully added to your cart.

Panier

La tendinite est une inflammation du tendon, structure qui telle une « corde », relie le muscle à l’os.

Comme toute réaction inflammatoire, elle se définit par la présence de signes caractéristiques qui sont : douleur, rougeur, chaleur, œdème (gonflement). Ces signes sont souvent combinés et peuvent provoquer des symptômes allant de la simple gêne lors de la pratique de votre sport à l’impossibilité de réaliser les gestes de la vie quotidienne sans douleur.

 

Qu’est ce qui favorise l’apparition des tendinites ?

 

Les tendinites apparaissent le plus souvent lors d’une sollicitation trop importante du tendon ou alors une mauvaise utilisation de ce dernier lors d’une gestuelle sportive, domestique ou professionnelle inadaptée.

 

 

Le risque est augmenté en cas de :

Rythme, charge ou fréquence sportive trop importants (too much, too soon, too fast !)

Fatigue et stress excessif

-Matériel non adapté (taille, poids ou qualité des équipements sportifs …)

-Modification de technique sportive, échauffement insuffisant ou inadapté au sport pratiqué

-Changement récent de chaussures de sport

-Modification de l’alimentation et de l’hydratation

-Prise de certains médicaments (certains antibiotiques appelés Fluoroquinolones ou encore certains médicaments utilisés pour l’hypercholestérolémie appelés Statines)

Les tendinites peuvent également être favorisées par des troubles de la posture (c’est par exemple le cas des personnes ayant les pieds qui ont tendance à s’affaisser vers l’intérieur, on parle de pied valgus). Elle peuvent aussi survenir en cas des raideurs et surtout des déséquilibres au niveau musculaire.

 

 

Comment être sur qu’il s’agit bien d’une tendinite ?

 

Le diagnostic d’une tendinite s’effectue par un médecin qui, par interrogatoire, va chercher à savoir dans quel contexte sont survenues les douleurs. La tendinite est confirmée par la réponse favorable à cette triade de symptômes :

-douleur à l’étirement passif

-douleur à la palpation

-douleur à la contraction contre résistance.

Le médecin va chercher également à éliminer l’atteinte d’autres structures (muscles, cartilage, articulations encadrant la douleur) et peut vous prescrire une échographie le plus souvent ou encore une IRM ou une radiographie pour éliminer d’autres diagnostics en cas de doute.

 

 

 

Faire face à la tendinite en 5 points : 

 

           1) Prise en charge de l’inflammation

La première étape sera le REPOS ! Il faut mettre au repos le tendon pendant la phase inflammatoire qui dure en moyenne environ 4 à 7 jours. On prendra également soin d’utiliser toutes les mesures mécaniques pour maîtriser cette inflammation en utilisant notamment le protocole GREC (Glace, Repos, Elévation et compression). Mais également les douches froides ou encore l’utilisation de soins naturels. 

 

           

              2) Quels médicaments ?

 

Les anti-inflammatoires sont les médicaments de référence utilisés pour contrer les signes de l’inflammation énoncés plus haut. Ils peuvent être utilisés par voie locale sous forme de gel, crème, pommade ou encore patchs mais également par voie orale. Il existe différents anti-inflammatoires par voie orale qui doivent être prescrits par votre médecin. Certaines molécules anti-inflammatoires peuvent être achetés sans ordonnance chez votre pharmacien qui prendra soin de vous rappeler les posologies, modalités de prise et les effets indésirables associés.

D’autres techniques médicales peuvent être proposées en cas de non réponse ou de récidive tels que les anti-inflammatoires par mésothérapie (injections sous la peau de toutes petites quantités d’anti-inflammatoires), l’injection de corticoïdes localement (controversée car fragilise le tendon), la chirurgie ainsi que d’autres thérapies expérimentales comme l’injection de plasma riche en plaquette (prélèvement du sang du patient qui est débarrassé de ses globules rouges puis réinjecté au niveau du tendon pour accélérer la réparation de ce dernier).

 

 

             3) Quelles solutions naturelles ?

 

Certaines plantes possèdent également une efficacité sur les symptômes de l’inflammation. On peut citer le Curcuma qui possède de nombreuses vertus dont ses propriétés anti-inflammatoires dues à la présence de curcuminoïdes dont l’absorption est augmentée en présence de pipérines (substances retrouvées dans le poivre noir). On peut également citer le macérât glycériné de bourgeons de cassis (Ribes nigrum) pour ses propriétés anti-inflammatoires.

Certaines huiles essentielles auront également des propriétés anti-inflammatoires par la présence de molécules capables d’agir à différents niveaux de la cascade interne de l’inflammation. Nous citerons rapidement, l’huile essentielle de gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens), Eucalyptus citronnée (Eucalyptus citriodora), ylang-ylang (Cananga odorata), poivre noir (Piper nigrum), gingembre (Zinziber officinale) et cette liste est non exhaustive ! Ces huiles essentielles ne sont pas dépourvues d’effets indésirables et pourront être utilisées ponctuellement en complément de soins bien-être naturels de récupération. Les soins naturels peuvent être utilisés en massage seuls ou avec l’addition des huiles essentielles anti-inflammatoires.

Il conviendra de demander conseil à un professionnel spécialisé en phyto-aromathérapie pour le choix des huiles essentielles, de leur bon usage ainsi que de leurs précautions d’emploi.

 

 

              4) Le kiné est mon allier !

 

Une fois l’inflammation maîtrisée et la douleur contenue, la prise en charge par un kinésithérapeute est très importante. Le kiné vous fera réaliser des étirements spécifiques et des massages profonds au niveau du tendon (massage transverse profond). Il peut avoir recours à des ondes de chocs pour aider à la réparation du tendon. Mais surtout, il procédera à un renforcement musculaire adapté ainsi qu’une adaptation de la posture ou du geste pouvant avoir déclenché ou entretenu la tendinite.

 

 

 

Que faire pour éviter que les tendinites reviennent ?

 

Afin d’éviter que ces tendinites reviennent et s’installent, il faudra modifier les facteurs favorisant les tendinites énoncés plus haut tels que la mauvaise gestuelle ou un matériel inadapté.

On pourra revoir la posture et notamment porter des orthèses (ou attelles) de repos. On pourra également s’équiper avec des semelles ou talonnettes évalués par votre médecin ou podologue. On veillera à ce qu’il n’y ait pas de problème de circulation veineuse ni de troubles intestinaux pouvant causer une mauvaise absorption des aliments alcalinisants à favoriser.

 

Il faudra également penser à revoir son hygiène alimentaire notamment concernant l’hydratation. Pensez à boire plus soit 2L d’eau par jour hors hydratation pendant les séances de sport ou environ 8 grands verres d’eau par jour répartis sur la journée.

En ce qui concerne l’alimentation, pensez à augmenter votre consommation de légumes verts (crus et cuits) et en diminuer la consommation des aliments qui vont contraire à acidifier l’organisme. Pamis ces aliments on retrouve l’excès de graisses saturées (viande rouge, huiles raffinées et transformés), excès de sucres et céréales raffinés, excès de sel et aliments transformés. On pourra également augmenter la part d’huiles riches en acides gras oméga 3 aux propriétés anti-inflammatoires et la consommation de petits poissons gras (sardine, maquereau, hareng). Une complémentation en minéraux alcalins pourra également être envisagée ponctuellement pour contribuer à la diminution de cette acidité en plus de l’assiette.

 

 

Quels aliments limiter ? 

 

Boissons :thé, café, boissons énergisantes, boissons types soda

Légumes :asperges, artichauts, choux de Bruxelles, oignons, tomates, cresson

Produits laitiers :fromages à pâte dure (emmental, parmesan, gruyère, cantal)

Assainissement : moutarde, vinaigre et condiments au vinaigre (cornichon)

Eaux minerales acides (regarder les ettiquettes)

Produits sucrés et sucres rafinés: sucre blanc, sucre roux, sirop d’érable, biscuits

 

Il faudra également avoir un échauffement rigoureux et complet lors de la pratique sportive

 

L’échauffement devra être adapté et pourra notamment être complété par des soins naturels de préparation à l’effort chauffant en dehors des phases inflammatoires.

Join the discussion One Comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.